Chirurgie de reprise

Après opération du pied chirurgie interventionLa Chirurgie de reprise consiste à réopérer après un échec.

La récidive d’une déformation est à considérer comme un échec, mais pas l’apparition de nouvelles déformations sur les autres orteils non opérés.

En effet, chaque orteil évolue pour son propre compte et subit à sa manière et à son rythme la rétraction de ses propres tendons. Le fait d’opérer par exemple un hallux valgus, n’empêche pas les autres orteils de se déformer ultérieurement, de devenir douloureux et donc de demander éventuellement une autre intervention afin de les redresser.

C’est pour cette raison que l’on ne peut pas attendre de ces interventions qu’elles résolvent tous les problèmes , et surtout qu’elles arrêtent l’évolution du pied à se déformer sur les autres orteils.

La chirurgie ne peut donc être considérée comme préventive des déformations futures ; la chirurgie est donc avant toute chose une chirurgie fonctionnelle pour améliorer la fonction du pied, donner du confort au patient et traiter le problème précis du moment ; et non une solution pour éviter que les déformations ne s’aggravent.

La chirurgie de reprise est particulièrement délicate et nécessite une grande expérience du chirurgien.

Chirurgie de reprise du piedLa difficulté du geste opératoire dépend du type d’opération subi auparavant ; les gestes opératoires seront adaptés à la déformation, à la qualité de l’os et des articulations qui ont subi les conséquences de l’échec précédent.

Le résultat opératoire ne sera pas toujours aussi satisfaisant que celui d’un pied vierge de toute opération.

Avant de prévoir une nouvelle opération, il faut essayer d’évaluer le risque et le bénéfice qu’apportera cette reprise chirurgicale.

Dans cette évaluation, le caractère esthétique passe au second plan, car il faut privilégier l’aspect fonctionnel.

Il faut être certain que la nouvelle intervention ne va pas aggraver la fonction du pied.

Ainsi, il est préférable par exemple de conserver en l’état actuel une récidive d’hallux valgus non harmonieuse mais non douloureuse, plutôt que de courir le risque, en tentant de redresser à nouveau le gros orteil, de réveiller des douleurs qui pourraient avoir des conséquences sur la marche.

Mieux vaut un pied qui fonctionne correctement mais dont le résultat esthétique n’est pas celui espéré , plutôt qu’un pied harmonieux mais douloureux.

After you have typed in some text, hit ENTER to start searching...