Hallux rigidus ou gros orteil raide

Parfois, sous l’effet de la rétraction des tendons et des muscles du pied, le squelette ne se déforme pas en hallux valgus, et le gros orteil ne se dévie pas, reste dans l’axe de son métatarsien.

hallux rigidus gros orteil raideMais la rétraction tendineuse crée des pressions importantes dans l’articulation ; ces pressions entrainent des phénomènes douloureux et inflammatoires articulaires, induisant une usure prématurée du cartilage aboutissant à la survenue d’arthrose.

Cette arthrose s’accompagne de douleur, d’inflammation qui évolue souvent par période, sous la forme de poussées inflammatoires durant de quelques jours à quelques semaines, mais aussi d’une rigidité articulaire, principalement dans le mouvement de flexion vers le haut du gros orteil, c’est à dire le mouvement utile pour dérouler le pas.

L’inflammation et la douleur sont dues au fait que les mouvements se font « os contre os » par disparition du cartilage.

La déformation est différente de celle de l’hallux valgus car la bosse n’apparait pas sur le côté mais sur le dessus du pied.

Cette bosse est donc constituée comme dans l’hallux valgus de la tête du métatarsien qui est expulsée vers le haut sous l’effet de la tension des tendons de la plante du pied rétractés.

Traitement de l'Hallux rigidus

Avant opération du piedNos connaissances scientifiques actuelles ne nous permettent pas de traiter l’arthrose et de faire repousser un cartilage disparu.

Tant que cette arthrose n’est pas douloureuse, il n’y a pas d’indication à opérer ; il faut adapter le mode de chaussage à la bosse du dos du pied, et calmer les douleurs des périodes inflammatoires avec un traitement analgésique et anti inflammatoire.

Si la douleur devient permanente et oblige à marcher en supination, c’est-à-dire en tournant le pied vers l’extérieur pour éviter l’utilisation du gros orteil, il faut alors prévoir une intervention.

Cette intervention consistera à pratiquer une ostéotomie de décompression articulaire : il s’agit de faire une petite fracture dans le premier métatarsien pour abaisser la tête métatarsienne relevée, et raccourcir légèrement l’os, afin de diminuer les pressions articulaires, et d’éviter ainsi que les mouvements du gros orteil se fassent à « frottement dur ».

Cette intervention a l’avantage :

  • de diminuer les douleurs en décomprimant l’articulation et en faisant disparaitre la bosse,
  • de maintenir une certaine mobilité articulaire, et même en l’améliorant par rapport à la raideur pré opératoire ;
  • et de ralentir voire d’arrêter l’évolution de l’arthrose, qui se fait naturellement vers une aggravation des douleurs, de l’inflammation et de la raideur.

L’intervention se fait en chirurgie percutanée et en ambulatoire, et ne nécessite pas la pose d’implants métalliques ni de prothèse.

Nous la pratiquons depuis 25 ans avec des résultats très satisfaisants à long terme.

Les prothèses ne donnent pas de résultat satisfaisant car les os sont petits au niveau du pied, et la prothèse risque de se desceller facilement car elle est soumise à des contraintes importantes.

De plus, la chirurgie de reprise après un échec de prothèse, reste très délicate et aléatoire.

After you have typed in some text, hit ENTER to start searching...