Les injections de facteurs de croissance

Les injections de facteurs de croissance

Depuis quelques années, se pratique l’injection de concentré plaquettaire riche en facteurs de croissance ou PRP (pour Plasma Riche en Plaquettes ou Platelet Rich Plasma).

 injections de facteurs de croissance, de quoi s’agit-il ?

Les plaquettes sont de petites cellules circulant dans le sang et responsables de la coagulation, c’est-à-dire de la formation du caillot permettant d’arrêter l’hémorragie lorsqu’on se blesse.

Ces plaquettes possèdent des granules alpha contenant des facteurs de croissance susceptibles de cicatriser et de régénérer  les composants de certains tissus lorsqu’ils sont lésés ou vieillissants.

Lors de l’injection au contact du tissu à réparer, les plaquettes vont s’activer et libérer leurs granules alpha et leurs protéines régénérantes.

Des études sur l’animal et en laboratoire ont montré une efficacité de régénération et de croissance tissulaire lorsque ces facteurs de croissance étaient placés au contact de cellules tendineuses, cartilagineuses et musculaires.

Devant ces résultats encourageants, des injections de PRP ont été pratiquées chez l’homme.

Le siège de prédilection en ce qui concerne le pied est le tendon d’Achille.

Ce tendon  est le plus épais et le plus gros du corps humain, ce qui signifie qu’il  est soumis à des sollicitations mécaniques importantes, et son travail consiste à nous propulser des milliers de fois par jour lorsque nous marchons.

Ce tendon peut devenir douloureux après des efforts soutenus chez le sportif, ou chez le sujet après 50 ans par dégénérescence tissulaire et perte des fibres élastiques.

Le tendon est donc soumis à des lésions que l’on appelle tendinopathie, ou tendinite, ou enthésopathie si l’inflammation siège au point d’insertion du tendon sur l’os du talon.

Ces tendinites sont souvent de traitement difficile : on associe du repos, de la rééducation avec étirements, le port de talons et de semelles orthopédiques, de séances d’ondes de choc, et en dernier recours d’interventions de peignage et nettoyage tendineux.

Ce panel thérapeutique varié n’arrive pas toujours à guérir la lésion, et l’on a maintenant recours aux injections de PRP.

En pratique, comment se passe l’injection ?

Dans un premier temps, on effectue un prélèvement de sang du patient. Cet échantillon sanguin est centrifugé, et l’on recueille le concentré plaquettaire que l’on injecte immédiatement à la seringue, au niveau de la lésion.

Le geste est donc simple et sans danger à condition de respecter une asepsie rigoureuse.

Quelques douleurs passagères peuvent survenir les heures suivant l’injection.

Ce protocole pourra être répété 3 fois de suite à 1 mois d’intervalle.

Devant son innocuité, ce geste a tendance à se généraliser, et l’on propose maintenant des injections intra articulaires en espérant que les facteurs de croissance aideront à régénérer le cartilage disparu, responsable de l’arthrose.

Quels sont les résultats ?

Il est difficile de se faire une opinion précise.

Jusqu’à présent les études scientifiques ne semblent pas démontrer une amélioration spectaculaire. Il est vrai aussi que l’on manque de recul et qu’il n’y a pas eu  pour l’instant de publications scientifiques portant sur de très nombreux cas. De plus les critères d’évaluation sont difficiles à déterminer.

Cependant, certains patients ressentent une amélioration après injection.

Devant le peu de danger de ce geste, il doit faire maintenant partie des armes thérapeutiques de la tendinopathie du tendon d’Achille.

Il faut savoir toutefois que cet acte médical n’est pour l’instant pas pris en charge par l’Assurance maladie, et le coût reste à la charge du patient.

En conclusion.

Les innovations existent toujours, faisant progresser la médecine, et c’est encourageant.

Cependant, il faut se méfier de la publicité faite autour d’une nouveauté, tant qu’elle n’a pas été validée par des comités scientifiques approuvés

Le monde actuel est habitué à l’information immédiate, ce qui la rend incontrôlable. Les media sont en concurrence avec l’information Internet, où tout un chacun peut donner son point de vue. L’information médicale, qui était jusqu’à présent préservée, tend aussi à dériver vers une exploitation du sensationnel. Il faut savoir raison garder, et ne pas hésiter à demander plusieurs avis.

Les PRP : indications chirurgicales actuelles    http://franceolympique.com/files/File/actions/sante/documentation/2011/Nouvelles_Therapeutiques_Yoann_BOHU.pdf

Infiltration de tendinopathies chroniques par PRP Résultats à 6 mois        http://pe.sfrnet.org/Data/ModuleConsultationPoster/pdf/2013/1/87bafc1a-d167-4735-8855-05313df7b2ec.pdf

After you have typed in some text, hit ENTER to start searching...