risques et complications après une intervention du pied

Comme toute chirurgie, la chirurgie du pied n’est pas exempte de de risques et complications. Ces complications restent toutefois exceptionnelles..

Infections dites nosocomiales

Chirurgie du pied et de la cheville à NiceUne infection peut survenir après une opération.

Elle est rarement secondaire à une faute de l’équipe soignante, car les procédures d’asepsie et de stérilisation du matériel sont rigoureuses. Les équipes chirurgicales et les structures hospitalières œuvrent avec toute leur énergie afin d’éviter ces complications tant redoutées.

Il faut comprendre que l’asepsie totale n’existe pas, même en prenant toutes les précautions possibles ; on ne peut en effet éliminer complètement les germes qui circulent dans l’air de la salle opératoire, ni les germes situés sur la peau du patient opéré. Il faut insister sur l’importance de la douche pré opératoire à la Bétadine pour préparer la peau à l’intervention.

On peut donc penser que quelques germes sont inévitablement inoculés dans les tissus du patient pendant l’opération.

Anesthésie en Chirurgie du piedCes germes sont dans la plupart des cas neutralisés par les défenses immunitaires du patient. Parfois, malheureusement, certains patients présentent des facteurs qui affaiblissent ces défenses immunitaires, augmentant le risque de contamination : diabète, tabagisme, insuffisance circulatoire, maladie immunitaire, certains rhumatismes, certains traitements à base de cortisone ou de médicaments agressifs utilisés en particulier pour soigner des rhumatismes articulaires…

Certains patients présentent aussi des tissus plus fragiles, avec des capacités de cicatrisation réduites. Ils devront être informés d’un risque plus important de difficulté de cicatrisation ou d’infection.

Certains pieds présentent des déformations importantes qui ont évolué depuis longtemps. L’acte chirurgical peut être agressif, car il constitue à redresser en quelques minutes des orteils très rétractés depuis de nombreuses années. Les tractions instantanées sur des tissus rétractés depuis longtemps peuvent provoquer des lésions sur la micro circulation des vaisseaux, et ainsi entrainer des retards de cicatrisation, des zones de nécrose, source d’infection secondaire.

Dans tous les cas, et indépendamment de leur origine, ces infections doivent être découvertes rapidement et traitées ; c’est dans ces conditions qu’elles guériront sans conséquence.

Thrombophlébite

la chirurgie du pied nécessite généralement une activité de marche réduite, ralentie, en utilisant le pied à plat, sans dérouler le pas, et cela pendant plusieurs semaines. Cette démarche anormale, associée au traumatisme opératoire, entraine un ralentissement de la circulation veineuse, source de thrombophlébite.

C’est pour éviter ce risque que sont prévues des injections d’anticoagulants quotidiennes les premiers jours après l’opération. Chez certains patients, ce risque est plus élevé, car ils présentent une insuffisance circulatoire veineuse majeure, ou des antécédents personnels ou familiaux de phlébite. Dans ces cas, le dosage et la durée de ce traitement anticoagulant seront adaptés au risque.

Toutefois, malgré cette prévention, le risque n’est pas complètement nul.

C’est pourquoi toute douleur anormale dans le mollet, et au moindre doute, devra être signalée, afin de pratiquer en urgence un doppler veineux qui confirmera ou éliminera le diagnostic.

La phlébite doit être diagnostiquée rapidement afin de la traiter le plus tôt possible, afin d’éviter toute complication grave.

Retards de cicatrisation

Ils sont observés principalement:

  • Chez les patients plus fragiles, qui présentent des facteurs de risque : diabète, tabagisme, insuffisance circulatoire, traitement à base de cortisone ou de médicaments diminuant les défenses immunitaires, maladie immunitaire, grand âge…
  • Chez les patients qui présentent des déformations importantes du pied avec des luxations des orteils. Le redressement instantané des orteils déformés et rétractés depuis de nombreuses années, peut favoriser des lésions des micro vaisseaux qui irriguent la peau, et des tissus sous cutanés ; cela entraine des conséquences sur les capacités de cicatrisation des tissus : retards de cicatrisation, ou nécrose partielle voire totale d’un orteil
  • Ces retards de cicatrisation seront traités par des soins locaux, avec réfection du pansement régulièrement et fréquemment, et finiront par guérir.

Résultat incomplètement satisfaisant

Cela peut se produire, et surtout chez les patients pour lesquels l’état du pied demande une opération sur plusieurs orteils. Il peut arriver qu’un de ces orteils ne réagisse comme prévu, et qu’il présente une déformation résiduelle.

Il faudra alors essayer d’évaluer avec le chirurgien, les conséquences qu’entraine cette déformation, afin d’envisager une « retouche » chirurgicale en vue d’améliorer le résultat final.

Dans aucun cas, cet acte complémentaire ne sera effectué pour des critères uniquement esthétiques, car il est toujours plus délicat de reprendre chirurgicalement un pied déjà opéré.

After you have typed in some text, hit ENTER to start searching...