Pathologie du pied Névrome de Morton

névrome de mortonLe névrome de Morton est une grosseur survenant sur un des nerfs de la plante du pied. Cette petite tumeur bénigne se situe le plus souvent sur le nerf entre le 3ème et le 4ème métatarsien, mais aussi parfois entre le 2ème et le 3ème métatarsien. Sa survenue est fréquente.

La douleur du névrome est décrite par les patients comme une douleur très vive sous la plante du pied, qui irradie souvent dans les orteils, contraignant à s’arrêter dans la rue, et se déchausser pour se masser le pied.

Parfois la douleur est aussi ressentie en conduisant, obligeant aussi à se déchausser.

Cette douleur se situe à l’avant du pied, généralement au niveau du 3ème espace inter métatarsien, c’est-à-dire entre le 3ème et le 4ème métatarsien, mais aussi elle peut être ressentie au niveau du 2ème espace. Souvent les patients ont du mal à la localiser car diffusant dans tout le pied.
Cette douleur est décrite comme une sensation de décharge électrique irradiant dans les orteils et souvent lé 4ème orteil. Elle peut être accentuée avec le froid, et le port de chaussure étroite, les skieurs sont parfois obligés de desserrer leur chaussure.

Ce névrome est un épaississement d’un petit nerf sensoriel de la plante du pied. Ce n’est pas une lésion grave pouvant entrainer des complications ou dégénérer.

Le diagnostic du Névrome de Morton

Le diagnostic est confirmé par la palpation du pied,  l’examinateur sent un craquement caractéristique en comprimant le pied ; ce ressaut est aussi ressenti par le patient.

Parfois l’examinateur fait remarquer au patient qu’un de ses orteils a une sensibilité diminuée au toucher, par rapport aux autres orteils.
Certains examens complémentaires comme l’échographie ou l’IRM peuvent parfois confirmer le diagnostic, mais ils ne sont pas fiables, et souvent ne sont pas capables de révéler la lésion.

Névrome de Morton - intervention du pied

L’origine de ce névrome reste encore mystérieuse. Sa présence est très fréquente, et certains patients possèdent un névrome sans le savoir car il n’est pas douloureux ; puis un jour, après une marche, ou un traumatisme, ou le port de chaussure plus serrée, le névrome fait parler de lui, la douleur se réveille et revient régulièrement.

Parfois, son caractère douloureux est lié avec des antécédents de sciatique : le gros nerf sciatique sort de la colonne vertébrale, descend dans la jambe pour finir par de petits rameaux dans chacun des orteils ; c’est précisément un de ces rameaux sur lequel se développe le névrome.

Traitement du Névrome de Morton

A la phase initiale, tant que les douleurs sont tolérables, il n’y a pas lieu d’intervenir.
Il convient d’adapter les chaussures en évitant celles qui favorisent la venue de la douleur, d’étudier la hauteur de talon la mieux tolérée, et de porte des semelles orthopédiques.

Les infiltrations de cortisone peuvent parfois soulager la douleur, mais en général ce soulagement est provisoire ; ces injections doivent être pratiquées avec précaution, car trop fréquentes, elles peuvent provoquer une atrophie des tissus, avec comme conséquence une diminution de l’épaisseur du capiton plantaire ou une altération de la fonction articulaire des orteils.

En cas de douleur forte, on proposera une intervention qui consiste soit à enlever le névrome, soit à le libérer en ouvrant le ligament qui le cisaille, afin de le décomprimer.

Le résultat de ces opérations n’est toutefois pas garanti, et 20% des patients conservent une douleur résiduelle.
Cette douleur, en cas d’exérèse du névrome, pourrait être due au « syndrome du membre fantôme » : le nerf sciatique garde la mémoire de la douleur primitive.

After you have typed in some text, hit ENTER to start searching...