Vos questions sur la chirurgie du pied

Existe-t-il des nouvelles techniques, qui permettent de retrouver des activités normales et professionnelles 3 jours après l’opération, comme l’annoncent certains reportages télévisés ou articles de presse ?

L’intervention de l’hallux valgus, si elle veut être complète et efficace consiste à faire une ostéotomie c’est-à-dire un genre de fracture du 1er métatarsien, qui demandera plusieurs semaines pour consolider.Le simple rabotage de la bosse comme il est indiqué dans ces émissions, présente l’avantage de suites opératoires rapides, mais les résultats seront mauvais car ne traitant pas la déformation, aboutissant à des récidives ou des raideurs articulaires.

Est il possible d’opérer les deux pieds en même temps ?

Cela dépend de l’importance de la déformation et de la complexité de l’opération prévue.

Un hallux valgus simple peut être opéré sur les deux pieds en même temps, lors de la même séance opératoire, car le temps de convalescence est le même, et la marche est possible en appuyant sur les 2 pieds sans l’aide de cannes anglaises. L’intervention peut se pratiquer en ambulatoire sans hospitalisation.

En revanche, des pieds complexes, présentant des déformations sur plusieurs orteils, et nécessitant des gestes opératoires sur chacun de ces orteils, ne pourront être opérés dans la même séance opératoire. Il faudra respecter un délai de quelques mois entre les deux interventions.

Dois-je me faire opérer dès que commence la déformation ?

Il n’y a jamais d’urgence à se faire opérer des pieds.
Tous les patients présentant une déformation ne doivent pas être opérés.

L’opération n’est justifiée que si elle s’accompagne de douleur ou de gêne fonctionnelle pour la marche ou le chaussage.

La chirurgie ne doit pas être proposée pour des critères esthétiques ou en prévention de déformations futures d’autres orteils.

En effet l’hallux valgus par exemple, n’est pas la cause des déformations des autres orteils. Le pied opéré d’un hallux valgus ou « oignon », peut poursuivre son évolution et se déformer sur d’autres orteils, indépendamment de l’opération précédente.

L’intervention est toujours possible quel que soit la complexité et l’ancienneté des déformations.

A quel âge doit-on se faire opérer ?

Il n’y a pas d’âge déterminé. Il faut attendre la fin de la croissance.

L’indication de l’opération ne dépend pas de l’âge mais surtout de la douleur ou de la gêne fonctionnelle que provoque la déformation.

L’opération est peu traumatisante en soi, puisqu’elle se pratique en anesthésie locale et souvent sans hospitalisation. La marche est possible immédiatement, en appuyant le pied opéré et sans l’aide de cannes. Elle peut donc être proposée chez des sujets très âgés en bon état général.

L’opération est elle plus facile lorsque le pied est peu déformé ?

L’opération est toujours possible, quel que soit l’importance de la déformation, et demande les mêmes temps de convalescence.

Il n’ y a donc pas d’urgence à envisager une opération des pieds.

Le chirurgien devra adapter sa technique à la déformation.

Il ne faut pas croire qu’en opérant un hallux valgus à son tout début, l’intervention évitera une déformation ultérieure des autres orteils.

L’opération réussit-elle mieux chez les sujets jeunes ?

La réussite de l’opération ne dépend pas de l’âge, mais de la qualité de l’opération et de l’expérience du chirurgien.

La qualité de l’os n’intervient que peu dans le résultat, et les patients souffrant d’ostéoporose, consolident et guérissent dans les mêmes délais.

Est-il judicieux d’opérer l’hallux valgus avant que les autre orteils ne se déforment ?

Le fait d’opérer un hallux valgus n’empêchera malheureusement la déformation des autres orteils.

Chaque orteil est indépendant et peut subir à son rythme et en son temps les effets de la rétraction musculo tendineuse de ses propres tendons.

Une fois l’hallux valgus opéré, les autres orteils sont susceptibles de poursuivre leur processus de déformation, et peuvent demander eux aussi un jour, leur propre intervention.

Mais cette éventualité n’est pas toujours vérifiée.

Que dois-je demander à mon chirurgien si l’on me propose une chirurgie percutanée ?

La chirurgie percutanée n’est pas une nouvelle technique, mais une manière de faire, pratiquée depuis plus de 30 ans aux Etats Unis.

L’intervention est la même, seule change la voie d’abord : incision de quelques centimètres ou micro incision punctiforme.

Ce qui compte, ce n’est pas la voie d’abord mais ce qui est fait par cette voie d’abord.

Il faut se méfier d’effets d’annonce de certains praticiens qui promettent une récupération rapide post opératoire en ne faisant qu’un simple rabotage de la bosse, ce qui n’est pas suffisant pour obtenir un résultat définitif.

Il faut donc faire préciser à son chirurgien s’il a l’expérience de cette chirurgie, et quel avantage et surtout quel risque la chirurgie percutanée peut apporter au patient par rapport à une chirurgie ou l’on ouvre.

Il faut savoir que cette chirurgie ne peut être proposée à toutes les déformations.

Est-il préférable d’effectuer l’opération avant que mon pied ne se déforme comme celui de ma mère ?

Premièrement, il n’est pas dit que votre pied suivra l’évolution de celui de votre mère.

Deuxièmement, la déformation du gros orteil n’est pas responsable de la déformation des autres orteils. Ainsi, le fait d’opérer aujourd’hui l’hallux valgus, ne met pas à l’abri de la venue d’autres déformations plus tard sur les autres orteils. On ne peut pas vous proposer d’opération de prévention.

Troisièmement, peut être votre mère a présenté un pied très déformé mais non douloureux, qui n’a jamais nécessité le besoin d’une opération.

L’opération sera décidée en fonction de votre gêne à vous, et non de la déformation du pied maternel.

L’opération demande-t-elle une longue période d’hospitalisation ?

L’intervention se déroule en ambulatoire, c’est-à-dire sans hospitalisation, et la sortie se fait 3 heures après l’opération, en marchant avec appui sur le ou les pieds opérés et sans canne, mais bien sur sans dérouler le pas. Parfois, certains patients vivant seuls ou présentant un problème de santé particulier, bénéficieront d’une brève hospitalisation.

La convalescence est-elle longue ?

La convalescence est longue, car il faut comprendre que le patient va devoir charger le poids du corps sur la zone opérée.

L’intervention consiste à pratiquer une ou des ostéotomies, c’est-à-dire un genre de fracture dans les métatarsiens et ou les phalanges. Ces fractures faites d’une certaine manière, permettent de marcher immédiatement après l’opération et de sortir de la clinique en appuyant sur les pieds opérés et sans canne et sans plâtre. Cependant ces fractures demandent un processus biologique de soudure osseuse. Le cal osseux demande environ 6 semaines pour se constituer, et il est donc nécessaire de respecter ce délai avant de solliciter normalement le pied opéré.

Cela veut dire qu’il faut éviter pendant cette période de sortir, de faire des courses, de piétiner, de conduire ; il est en général prévu un arrêt de travail de 2 mois.

Il faut se méfier de certaines émissions télévisées qui vantent de soi-disant techniques innovantes permettant une reprise du travail 3 jours après l’opération ; ces méthodes n’ont rien de nouveau et consistent à seulement à rogner la bosse, ce qui ne résoudra pas le problème de la déformation de manière définitive.

Après cette période de 6 semaines, le pied opéré permettra de retrouver des activités plus soutenues, mais va persister un œdème et un gonflement du pied, d’origine circulatoire. Ce gonflement sera d’autant plus apparent que le patient présente au départ des troubles d’insuffisance circulatoire veineuse. Pendant ce temps de gonflement il faudra porter des chaussures adaptées.

Faut-il enlever la corne des pieds ?

La corne ou callosité est un moyen de défense de la peau lorsqu’elle est soumise à des frottements ou des pressions exagérées.

Elle est donc utile.

Toutefois, lorsqu’elle devient trop épaisse, elle peut provoquer une gêne voire des douleurs, et contribuer à l’inflammation de la peau.

Dans ces cas, il est alors utile d’enlever la partie superficielle de cette k kératose sans aller trop en profondeur, ce qui exposerait ainsi une peau plus fine et fragile, incapable de se défendre.

La chirurgie du pied se fait-elle au laser ?

Les déformations du pied et des orteils ne peuvent être opérées au laser. La confusion peut venir du fait que depuis quelques années, est faite la promotion de techniques opératoires « sans ouvrir » Il s’agit en fait de chirurgie percutanée (voir le chapitre dédié)

Cette chirurgie se pratique avec de mini cicatrices, à travers la peau, et consiste à faire les mêmes ostéotomies, c’est-à-dire fractures, que lors de la chirurgie dite « ouverte »

Cette chirurgie n’est pas faite au laser, mais avec de petites fraises de dentiste qui permettent de rogner la bosse mais surtout de pratiquer l’ostéotomie du métatarsien, seule garante d’un bon résultat.

Cette chirurgie percutanée existe depuis plus de 30 ans aux Etats Unis et a bénéficié en France de campagnes publicitaires pas toujours très honnêtes, faisant ressortir le côté magique de cette chirurgie sans cicatrice.

Quand faut-il se faire opérer ?

Il n’y a pas de règles établies, excepté celle de n’opérer qu’en cas de nécessité, c’est à dire en présence de douleur ou de gêne fonctionnelle.

Il n’y a pas d’âge prédisposé, ni de saison plus favorable.

Il ne faut pas hésiter à se faire opérer dès que les déformations commencent à entrainer des conséquences sur la vie quotidienne ou le chaussage, et choisir la période qui convient en fonction de ses impératifs familiaux ou professionnels.

After you have typed in some text, hit ENTER to start searching...